Micr’homélie par le Père Courtois

16 Mai 2020

Vendredi 15 mai                 

Evangile selon Saint Jean (Jn 15,18-21  )  

Peut-on être contre l’amour ?

Tout le magnifique enseignement de Jésus sur l’amour dans ce chapitre de St Jean donne envie d’aimer comme Jésus aime. Mais Jésus sait que l’amour fait aussi se lever une force qui lui est contraire : la haine. Et son enseignement n’est pas du tout dans un idéalisme abstrait ; au contraire, il n’occulte pas les forces adverses, les forces de haine qui agissent contre lui et agiront contre tous ceux qui aimeront à l’exemple et à la suite de Jésus.

Aussi, il prévient ses disciples, non pas pour les décourager, mais au contraire pour les consolider dans leur foi et dans leur choix d’aimer. Nous aussi avons besoin d’être rendu forts dans notre foi et notre choix d’aimer. Quand on a essayé d’aimer, il est difficile et douloureux de sentir de la haine autour de soi et contre soi. Jésus a vécu cet écartèlement au plus haut degré : lui qui n’est qu’amour, a expérimenté le déferlement d’une haine meurtrière contre lui. En méditant la Passion de Jésus, certains saints l’ont senti et exprimé de manière bouleversante, comme saint Dominique qui disait en pleurant : « l’amour n’est pas aimé » ! Et pourtant, peut-on être contre l’amour ?

L’amour n’est contre personne, mais veut le bien de tous. Au contraire, la haine n’existe que contre quelqu’un. Et c’est ainsi que Jésus a reçu la mort de la part des hommes à qui il venait apporter la Vie ! Mais quand la haine a tué tous ceux qu’elle déteste, elle finit par se retourner contre elle-même. Face à cela, la résurrection de Jésus montre que la Vie et l’amour ont ultimement le dernier mot. S’il nous arrive d’être confronté à des oppositions à Jésus ou à notre foi, puissions-nous comme Jésus, continuer à aimer ceux qui sont contre l’amour.

 

Père Eric Courtois