Edito par le Père Courtois

12 Fév 2021

Sous la cendre, la braise peut redevenir feu

Le Mercredi des Cendres inaugure les 40 jours de Carême en nous rappelant dès le départ la fragilité de notre condition humaine. Quand nous recevons les Cendres, nous entendons au choix l’une ou l’autre de ces 2 phrases : « convertissez-vous et croyez à l’Evangile » ou bien « Souviens toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière ». La première phrase paraît plus encourageante, et de fait, le but du carême est bien de nous convertir. Mais la seconde phrase nous y aide, car elle nous rappelle que nous ne sommes pas tout-puissants, et nous refusons souvent de l’accepter. Le petit virus dont on parle tant depuis un an nous rappelle aussi que nous ne sommes pas tout-puissants. Mais si nous ne voulons pas subir nos limites, il faut les choisir, et plus précisément faire grandir à l’intérieur de nos limites l’amour qui est la seule réalité infinie.

Pour atteindre cet objectif, le Carême nous propose les trois moyens conjugués du jeûne, de la prière et du partage (ou aumône). Le jeûne est une privation de nourriture, et cela libère des ressources nouvelles : du temps pour prier, et de l’argent qui peut être donné. Moins pour moi, et plus pour ma relation avec Dieu et avec les autres. En cette période où l’isolement abîme tellement nos relations les uns avec les autres, vivre à fond le carême peut être une grâce à demander à Dieu. Une exposition présentée dans nos clochers à l’occasion des 5 ans de l’encyclique « Laudato Si » vous aidera aussi à voir où nous en sommes dans notre relation à la terre, à la création qui est un don du créateur. Alors, courage pour ce carême. Choisissez bien ce qui vous occupe trop et dont vous voulez vous libérez. Pensez chaque jour à Dieu, par exemple pour lui dire  un « merci », un « pardon » et un « s’il te plaît », et cherchez comment vous pouvez être, non pas consommateurs, mais contributeurs d’un monde meilleur.

Nous avons tous une petite braise d’amour enfouie au fond de nos coeurs, sous les Cendres de la routine et de l’habitude. Que ces 40 jours de Carême nous aident à nous rapprocher de Dieu pour que nous soyons nous-mêmes remplis d’un feu d’amour quand nous allumerons le grand feu de la nuit de Pâques.

Bon Carême à chacun !

P. Eric Courtois

Flamme ParoisseHouilles Carrières