Eclairage par le père Olivier Rousseau – mardi 6 février 2024 à Houilles 

La soirée a commencé par une prière puis un témoignage personnel du Père Olivier quand il a donné les sacrements à une paroissienne qui était en réanimation à l’hôpital pendant la crise de la COVID. Puis il a recensé les maladies et les guérisons dans la Bible, tout d’abord dans l’Ancien Testament, puis dans le Nouveau.

Dans l’Ancien Testament, le diagnostic est impossible à la seule lecture du texte. Il y a beaucoup de maladies des yeux et de la peau, et une forte mortalité infantile ou des mères en couches. Ces maladies arrivent après le péché à cause de l’infidélité de l’homme et la rupture de l’alliance avec Dieu.

Dans le livre de Job, on passe à l’explication du démon, origine des épreuves de Job. Dans le livre de Tobie, celui-ci est accompagné par l’ange Raphaël pour guérir son père.

Dans le Nouveau Testament, les guérisons de Jésus sont eux, les signes du Royaume. Il y a vingt-six récits de guérison dans les Évangiles. Dans l’évangile de Mathieu (8, 23 – 9, 8) la « pointe » de la guérison est le pardon des péchés. 

Les guérisons sont en effet orientées vers le Salut par la conversion de la personne guérie, la foi précède la guérison, et elles font partie de l’apprentissage des disciples. 

En faisant un peu d’anthropologie, on s’aperçoit que chaque personne a  six dimensions :  physique, morale, affective, spirituelle, sociale et intellectuelle. 

Dans la liturgie, nous avons deux possibilités pour demander la guérison :

  • Les sacrements de guérison : la réconciliation et l’onction des malades
  • Les sacramentaux : les bénédictions, les intercessions et supplications, et les exorcismes
Sacrement des malades Paroisse HouillesCarrières