Mot d’accueil de la célébration d’ouverture pour les 50 ans de Foi et Lumière

Bonjour à tous,

Le mot qui revient le plus souvent depuis ce matin c’est le mot joie. Quelle joie d’être réunis aujourd’hui à plus de 3000 de France et de Belgique ! Quelle joie aussi d’avoir parmi nous des évêques pendant tout ce pèlerinage ! Monseigneur Benoit-Gonnin, l’évêque accompagnateur de Foi et Lumière ; Mgr Bozo, évêque de Limoges ; Mgr Stenger, évêque émérite de Troyes ; Mgr Kockerols, évêque auxiliaire de Bruxelles. Votre présence ici pour Foi et Lumière est très importante, parce que vous signifiez que Foi et Lumière fait vraiment partie pleinement de l’église, et que l’Église a besoin de Foi et Lumière. Nous comptons sur vous pour le dire à l’ensemble des évêques.

J’imagine, moi qui suis aveugle, que cette joie se lit sur tous vos visages, mais j’espère surtout que cette joie est au fond de vos cœurs et que vos cœurs sont prêts à exulter pendant ces trois jours. Si nous sommes venus à Lourdes, c’est d’abord parce que nous le voulons, mais surtout, avec l’ensemble des pèlerins de Lourdes, pour répondre à l’invitation de Marie “Allez dire aux prêtres, qu’on bâtisse ici une chapelle et qu’on y vienne en procession”.

Allez dire à Foi et Lumière de bâtir une chapelle non pas en pierre ou en bois, mais de bâtir l’Eglise où chacun puisse trouver sa place, où la personne la plus fragile ne dérange pas ; où chacun, avec ses forces, ses faiblesses, ses richesses mais aussi ses limites constitue cette Eglise d’aujourd’hui et de demain. « Que l’on vienne en procession » ; c’est ce que nous avons fait depuis hier, et ce soir, quand nous serons tous en procession pour la veillée mariale, nous montrerons l’Eglise que nous sommes en train de construire.

« Allez dire… » : nous ne venons pas à Lourdes simplement pour nous-mêmes. Foi et Lumière est envoyé dans l’Eglise et dans le monde. Mais avant d’aller le dire, il faut d’abord écouter le Seigneur nous parler. Sainte-Bernadette disait : “Dieu parle au cœur sans un bruit de parole”. Je n’ai pas dit que la Parole de Dieu qu’on entend, qui fait du bruit, n’est pas importante, mais je crois que pendant ces trois jours, Dieu, par son immense amour pour nous, par Jésus-Christ, va prendre les moyens de parler à chacun de nous. Pourquoi ? Parce que le Seigneur veut vivre cœur à cœur avec chacun d’entre nous. Comment Dieu va-t-il nous parler par Jésus-Christ ? C’est lui qui va trouver le moyen de nous parler, par les gestes que nous avons à vivre, et nous l’avons commencé hier soir par le lavement des pieds, par la présence de chaque personne que l’on va rencontrer, et aussi par le silence.

Nous avons envie de faire la fête, de chanter ! Ne nous en privons pas, mais n’ayons pas peur de prendre des temps de silence, d’aller à la grotte déposer près de Marie notre fardeau, et je sais que pour certains d’entre nous ce fardeau est bien lourd. N’ayons pas peur d’aller aux fontaines pour nous laisser laver, purifier par le Seigneur. N’ayons pas peur d’aller à la Chapelle des Lumières pour nous laisser illuminer par le Seigneur, pour qu’il ranime la flamme allumée en nous le jour de notre baptême, pour que nous puissions éclairer l’église et le monde. Oui, nous sommes à Lourdes parce que nous avons reçu beaucoup de Lourdes. En 1971, Jean Vanier, Marie-Hélène Mathieu, Camille, Gérard, Thaddée et Loïc ne nous ont pas donné une feuille de route, un programme avec des règles à respecter. Mais Jean nous a dit : “faites tout ce que l’Esprit Saint vous inspirera”. Par l’intercession de Marie, de Bernadette, par la prière des communautés, l’Esprit a vraiment soufflé : plus de 86 pays où Foi et Lumière est présent, plus de 1400 communautés dans le monde. Alors n’éteignons pas l’esprit, c’est la volonté de Dieu pour chacun de nous, n’éteignons pas l’esprit de Foi et Lumière.

Foi et Lumière doit beaucoup à Lourdes mais j’ose dire que Lourdes doit beaucoup à Foi et Lumière. Sainte-Bernadette nous a dit en parlant de la « Belle Dame » : “elle me regardait comme une personne qui parle à une autre personne”. Elle disait aussi : “c’est parce que j’étais la plus pauvre, la plus ignorante, que la Sainte Vierge m’a choisie”. A Foi et Lumière nous avons un regard différent, nous vivons l’Evangile de la petitesse et de la compassion, nous croyons que Dieu choisit les plus petits pour annoncer l’Évangile. Mais Bernadette était-elle déjà à Foi et Lumière ? Bernadette n’était peut-être pas à Foi et Lumière mais, sans le savoir, elle a donné l’âme de Foi et Lumière. Et pourtant, à Lourdes comme dans l’église et comme dans le monde, il faut beaucoup de temps pour que la personne la plus fragile trouve sa place. Force est de constater qu’en 1968, donc 110 ans après les apparitions de Marie à Bernadette, les plus petits n’avaient pas encore leur pleine place à Lourdes. Alors oui, j’ose dire que Foi et Lumière anime Lourdes, c’est-à-dire donne sa véritable âme à Lourdes. On n’imagine pas aujourd’hui qu’à Lourdes on puisse dire à une famille : “quand on a des enfants comme ça, on ne vient pas à Lourdes”. Oui Foi et Lumière donne sa véritable âme à Lourdes, alors pendant ces trois jours, ouvrez grands vos cœurs pour que le Seigneur puisse vous parler dans le silence.

Regardez chaque personne. Regardez chaque personne comme une personne. Laissez-vous choisir par Marie pour animer l’Eglise, le monde, pour ranimer lourdes. Laissez-vous choisir pour vivre l’Évangile de la petitesse comme dit le Pape François. Pendant ces trois jours, restez en silence, priez, chantez, partagez, célébrez ! Bon pèlerinage à tous !

André Haurine, diacre permanent.

Aumônier national de Foi et lumière