Les chrétiens du Moyen-Orient, de la Turquie à l’Égypte, du Liban à l’Iran, de l’Arménie à l’Éthiopie, et évidemment en Israël et dans les territoires palestiniens, sont dépositaires d’un patrimoine spirituel, liturgique et culturel remontant aux temps apostoliques. Aujourd’hui, ils sont convoqués à imiter le Christ en sa Passion. Présences prophétiques tolérées au milieu d’un contexte déchiré par la guerre, soumises trop souvent aux vexations voire aux persécutions, ballotées par des choix politiques de puissances étrangères, les communautés chrétiennes d’Orient savent ce que signifie imiter le Christ.

Le Carême nous invite à notre tour à cette imitation. Ainsi la Grande Représentation de la Passion du Christ, avec les Baladins de l’Évangile le 2 mars dernier, le chemin de croix du vendredi soir, la messe tôt le matin chaque mardi, les efforts de jeûne, de prière et de partage choisis par chacun sont autant d’éléments qui nous offrent d’entrer davantage dans les sentiments du Christ (Ph 2,5). En suivant pas à pas Jésus, notamment en traversant les liturgies de la Semaine Sainte, Il nous transforme de l’intérieur afin de l’imiter.

A notre tour de devenir une présence prophétique. L’actualité nous y convoque : l’actualité internationale avec notre effort paroissial de Carême à destination des Chrétiens de Palestine, ainsi que l’actualité nationale avec les atteintes légales portées à la vie humaine et fragile en son commencement et en son terme. Individuellement et collectivement, la ferveur engagée à célébrer les fêtes pascales donne les ressources et l’inspiration nécessaire pour assumer d’être cette présence.

Suivre et imiter le Christ ne se fera pas sans embrasser la Passion et la Croix.

Père Olivier Rousseau

Crucifixion - bernadette.lopez@evangile-et-peinture.org